Le labyrinthe, terre de l'homme pélerin ?

 

Que ce soit dans les cathédrales d'Amiens, de Chartres, de Reims, où le labyrinthe a disparu, le visiteur marche sur un dallage alterné clair et sombre, en pierre ou en marbre. Il compose une figure géométrique à cercles concentriques qui, en suivant ses méandres, nous amène au centre. Tel est le labyrinthe.

Il est troublant de cheminer sur cette figure mythologique païenne pour s'avancer vers le lieu de célébration de la messe.

 

Labyrinthe des cathédrales d'Amiens et de Chartres

Labyrinthe des cathédrales d'Amiens et de Chartres

A gauche le labyrinthe de la cathérale d'Amiens, à droite le labyrinthe de la cathédrale de Chartres.

 

Nous savons ce qu'est un labyrinthe, dont l'étymologie grecque signifie méandre, mais quelle en est l'origine ?

 

Les roches de mémoire (1) gravées par nos ancètres à l'âge du cuivre, du bronze ou du fer (-2500 à -500 av JC) dans les hauteurs des Alpes françaises et italiennes, sur des roches lissées par le frottement titanesque d'anciens glaciers, présentent des spirales et des labyrinthes. Ils furent gravés par la technique de l'éclat, par percussion.

 

Labyrinthe et chasse, art rupestre

Labyrinthe et hommes préhistoriques armés. Roches gravées des alpes italiennes

 

Suivons du regard ce labyrinthe au tracé hésitant. Pénétrons par le bas, au milieu. Rapidement nous sommes emmenés vers le centre, puis le chemin devient méandre et boucle. Nous sommes rejetés circulairement autour du centre, de droite à gauche, puis de gauche à droite, puis à nouveau de droite à gauche, en courbes concentriques, pour arriver enfin au centre.

A droite du labyrinthe des hommes brandissent d'une main des armes, lance, couteau, hache et de l'autre main un bouclier. Un cerf ou rêne s'échappe.

D'autres labyrinthes et spirales gravés en creux se trouvent en de multiples lieux de l'arc alpin.

 

Labyrinthe et spirale de l'âge du bronze ou du fer

En haut spirale coupée par deux diamètres perpendiculaires. Le labyrinthe de Chartres n'est pas loin.

 

Labyrinthe et spirale de l'âge du bronze

Spirale acouplée à un labyrinthe, en rotation inverse. Ce symbole est majeur, extraordinaire.

 

Suivez le sillon qui passe de la spirale de gauche au labyrinthe de droite. Dans la spirale de droite le trait revient sur lui-même et repart en sens inverse, comme dans le labyrinthe des cathédrales.

Qu'ont voulu transmettre ces hommes ? Les sculptures sont figuratives : guerrier, poignard, couteau, hache, bouclier, cerf, chien, chariot, araire, attelage, bovidés. Chaque sculpture est un objet d'une civilation pastorale et guerrière. Quels objets matériels peuvent être représentés par la spirale et le labyrinthe ? La corde est le seul objet qui vient immédiatement à l'esprit. Elle en a la forme et la plasticité.

La corde est un outil important pour un groupement humain : elle permet de tirer une charge, d'en retenir une autre, de dresser un pylone. Elle permet des actions plus dématérialisées : mesurer une distance, tracer une figure géométrique, cercle ou rectangle, tracer le plan au sol pour une fondation de maison. Elle trace un chemin, une frontière. La corde enroulée au bras d'un arpenteur de la tombe de Menna, en -1400 avJC à Thèbes, n'est-elle pas la même spirale ?

 

Mais, sur la photo, pourquoi la spirale linéaire à gauche se réenroule-t-elle en formant des circonvolutions sur elle-même, en aller-retour bizarre, devenant labyrinthe ?

Spirale devenant labyrinthe, un symbole majeur

 

Si la corde trace le chemin, alors le labyrinthe, par ses circonvolutions en aller-retour, trace un chemin qui revient sur lui-même puis repart en va et vient. Peut-on voir les allers-retours du soleil, dans son perpétuel balancement, recommencement ? Les sillons juxtaposés rappellent-ils les différentes hauteurs du Soleil au zénith dans son cycle annuel ? Dans tous les cas, ces circonvolutions qui vont et viennent, retournent sur elles-mêmes et repartent en sens inverse sont le symbole parfait de tout ce qui ondule, monte et descend, alterne comme le jour et la nuit, les marées, le vent, la chaleur et le froid. Tous ces phénomènes s'inscrivent dans le temps-durée. La corde de l'arpenteur, la spirale qui se déroule sont du temps qui s'écoule.

 

Ce qu'indique la spirale devenue labyrinthe dans les domaines physiques est transposable au domaine de l'esprit. C'est sur ce plan moins matériel que les anciens peuples, de la période historique comme la civilisation minoenee (-2700 à -1200 av JC) et grecque, l'ont utilisé et mis en histoire, mis en image.

 

Spirale devenant labyrinthe, un symbole majeur

 

Dans la mythologie grecque Thésée combat le Minautore dans le labyrinthe. Il est l'archétype du combat de la conscience contre la bestialité humaine, au tréfond du labyrinthe des actes quotidiens et des pensées qui apparaissent désordonnés, véritable chaos de surface.

 

Labyrinthe_villa_Kerylos.jpg (294520 octets)

Labyrinthe de la villa Kerylos de Théodore Reinach en 1910, à Beaulieu/Mer (Alpes-Maritimes).

 

La mythologie grecque met en scène également l'architecte Dédale et son fils Icare dans le labyrinthe construit par Dédale. Enfermés en son centre ils ne peuvent s'échapper. Dédale, ingénieux, fabrique deux paires d'ailes qu'il colle dans le dos de son fils et le sien. Ils s'échappent en s'envolant. Le Soleil faisant fondre la cire, les ailes se détachent du dos d'Icare, le précipitant dans la mer.

Si nous sommes poussés à plaindre Icare, nous devrions cependant réfléchir au sens du labyrinthe qui représente les tourments de la vie. La tentation nous pousse à les fuire, comme Icare qui s'échappe par le haut, refusant de lutter. Pour lui, l'enfer, c'est les autres. Cependant une autre philosophie considère que c'est dans le quoditien et ses affres que nous devons forger notre âme, quotidien dans lequel les autres sont les sept marches qui mènent au Paradis. Ces deux philosophies s'opposent.

 

Le peintre flamand Pierre Breugel (1525-1569) retient le deuxième choix philosophique, validant la chute d'Icare. Il confirme la clef de lecture des labyrinthes des cathédrales.

 

Labyrinthe_chute_Icare.jpg (260274 octets)

Tableau de Pierre Breughel (1525-1569), peintre flamand. "La chute d'Icare". Source Wikipedia.

 

Dans ce tableau Dédale chute dans la mer. Seules ses jambes apparaissent, le corps est déja noyé sous une gerbe d'écume. Quelques plumes virevoltent au dessus de la surface de la mer. Loin de représenter la partie centrale du tableau cette scène est reléguée dans la partie inférieure droite du tableau, comme un détail. Icare est tout proche d'un bâteau de commerce qui ne lui prête aucun secours. Un pêcheur, assis au bord, tend le bras vers sa ligne et ne le voit pas. Un berger garde son troupeau, la tête levée vers le ciel à l'opposé de la chute d'Icare.

De ce même côté, immense et occupant tout le premier plan du tableau, un homme laboure. Vêtu de rouge, éclairé par le Soleil à l'horizon, il porte la couleur symbolique de l'action. C'est lui le personnage solaire, le héros du tableau, son sujet central.

Que doit-on comprendre ? Regardez bien. Son pied droit est éclairé par le Soleil, ainsi que les sillons creusés par son labour à son pied gauche et devant la tête de son cheval. Notre héros fait un travail physique épuisant, mais porteur d'avenir, par les semailles et les récoltes à venir.

Il combat au milieu du labyrinthe de la vie. Le Minautore qu'il doit vaincre est cette matière rude, noire, passive. Mais notre homme rouge sait que cette terre est fille du ciel, qu'elle est son avenir, qu'il ne doit pas, comme Icare, lui tourner le dos. Regardez bien la forme des sillons : ils se développent selon une spirale concentrique, un labyrinthe.

Les mots latins labor et labrum sont de la même famille. Ils signifient travail et sillon. Le mot labyrinthe vient également de labor. Le laboureur trace lui-même le labyrinthe. Il se tient en son centre et mène le combat. Il en est l'architecte et ne s'enfuit pas, comme Dédale ou Icare.

 

Sceau du Comte de Saint Germain, la charrue. Château de Fontenay-le-Comte

L'importance symbolique du labour et de la charrue est figurée par le sceau du Comte de Saint Germain, où figurent cet objet et les sillons qu'il trace. Revers du tableau de son portrait. Château de Fontenay-le-Comte (Vendée). Collection privée.

 

Tel est le sens métaphysique des labyrinthes de nos cathédrales, où nous devons apprendre à cheminer au milieu des marées fluctuantes de la vie. La lumière que nous cherchons n'est pas extérieure à notre monde, réfugiée dans une empyrée céleste, dématérialisée et inaccesible. La lumière est enclose dans la matière. A force de labours, de tours, de détours et de rebours sur notre matière de vie, notre chemin de vie, la lumière sort par elle-même des ténèbres, grandissant notre âme. Cette émergence de la lumière, de notre conscience, est le point central du labyrinthe. C'est le but que nous devons atteindre, au plus tard à notre mort.

Ce type de labyrinthe est un labyrinthe d'espoir. Il n'y a en effet qu'un seul chemin où l'on ne peut se perdre. Seul l'impatience peut nous frustrer d'en obtenir le fruit.

A l'inverse, les labyrinthes pré-chrétiens sont dessinés pour perdre. Leurs méandres sont inextricables, présentant des voies multiples. Le labyrinthe de Gortyne, en Crète, vaste carrière souterraine, en est l'archétype. Hérodote, historien grec de l'épopée pharaonique mentionne deux labyrinthes pharaonique. Le premier est dû à un des pharaons au nom de  Amenemhat (XIIe et XIIIe dynastie). Le deuxième est le complexe funéraire inextricable de la pyramide de Hawara d'Amenemhat III.

 

 

Spirale devenant labyrinthe, un symbole majeur

 

 

Labyrinthe de la cathédrale d'Amiens

 

Ce labyrinthe d'espoir, à chemin unique, est refait en même temps que le pavage de la cathédrale. Sa réfection s'achève en 1894. Le labyrinthe est identique à l'original, ainsi que le pavage de la cathédrale, alterné de marbres blanc et noirs assemblés en chevrons, croix svastikas et méandres grecques. Il occupe la quatrième et cinquième des sept travées de la nef centrale.

 

 

Labyrinthe de la cathédrale d'Amiens, vue du triforium

Photo M. Maurice Duvanel

 

Amiens_labyrinthe12.jpg (192963 octets)

Centre du labyrinthe : la rose des vents, l'évêque et les trois architectes de la cathédrale.

 

 

Amiens_labyrinthe11.jpg (197932 octets)

Centre du labyrinthe, pierre d'origine conservée au musée de Picardie d'Amiens

 

 

 

 

Spirale devenant labyrinthe, un symbole majeur

 

 

 

 

Labyrinthe de la cathédrale de Chartres

 

Vidéo du labyrinthe

Suivons le pélerinage des visiteurs sur le labyrinthe de la cathédrale de Chartres. La vidéo dure 14 minutes. Vous marcherez pas-à-pas sur les méandres du labyrinthe, de l'entrée jusqu'au centre. A la révolution française, vers 1790, la plaque de cuivre représentant le combat de Thésée et du Minautore fut arrachée pour être fondue et récupérer le métal.

 

 

 

 

La corde de l'arpenteur de l'homme préhistorique trace alors pour nous, sur le dallage des cathédrales, le lieu de pélerinage selon un tracé géométrique en décalque du labyrinthe chaotique de notre chemin de vie. Ce lieu est appellé la lieue, nom donné au moyen-âge au labyrinthe des cathédrales.

Il est alors normal qu'il ait valeur de pélerinage en Terre Sainte, à Jérusalem.

 

 

Premier et dernier labyrinthes, du VIe au XVe siècle.

 

Tel est l'enseignement du labyrinthe de l'église Saint Vital, à Ravenne en Italie, avec une variante. Ce labyrinthe, de petit diamètre, est le premier d'Europe. Il date du VIe siècle. Une coquille Saint Jacques marque le départ du labyrinthe. Nous avons là comme une invitation au pélerinage de Saint Jacques de Compostelle, et non plus en Terre Sainte.

 

La basilique San Vital, ses mosaiques et son labyrinthe

Vue d'ensemble, labyrinthe sur le pavement et mosaique sous les voutes

 

SanVitalAbside.jpg (802226 octets)

Eglise de Ravenne, labyrinthe sur le dallage devant le choeur

Eglise Saint Vital de Ravenne, VIe siècle. Labyrinthe sur le dallage devant le choeur

 

Il est curieux de constater que Saint Vital, qui est une église sans nef, en forme d'octogone pur, ait un labyrinthe circulaire.

 

Labyrinthe de l'église San Vital, à Ravenne, Italie

Labyrinthe vu de puis le choeur de l'église San Vital (VIe siècle) de Ravenne, Italie.

 

 

Le dernier labyrinthe installé en France se touve à la basilique de Saint Quentin, à soixante dix kilomètres à l'est d'Amiens, dans le département de l'Aisne. Ce labyrinthe de forme octogonale, comme le labyrinthe de la cathédrale d'Amiens, constitue le pavage de la nef, entre la deuxième et la troisième travée. Le labyrinthe est posé à la fin du XVe siècle. Avec un diamètre de 11,60 mètres, il est à peine plus petit que le labyrinthe de la cathédrale de Chartres.

 

Labyrinthe de la basilique de Saint Quentin, Aisne

Labyrinthe de la basilique de Saint Quentin, dans l'Aisne. Source "Région Picardie". Cliquer pour effectuer votre visite en 3D . Epoustouflant !

 

 

 

Retour au sommaire du site "Cathédrales gothiques"

Un commentaire, une réaction ? Alors écrivez-moi ou laissez un tweet à @ijnuhbes